logo en 2 couleur noir et rouge sous forme de triangle
Pierre Tomy Le Boucher
Plasticien

Nus à poils

Une fois rhabillé, nous sommes toujours surpris de ne pas reconnaître facilement le modèle

Des images à trous : éloge de l'approximation

Nous étions une vingtaine d’élèves devant la porte de la classe et nous attendions l’arrivée de notre professeur. Après s’être frayé un chemin, monsieur le professeur Gentil ouvre la porte en actionnant, avec difficulté et agacement, la serrure installée dans le sens inverse, pour soi-disant dissuader les voleurs.

Lire la suite...

Après quelques instants, la porte s’ouvre sur un grand espace. Des chevalets sont disposés de façon circulaire autour d’un axe central représenté par une petite estrade recouverte de tissu.

Les élèves, armés de leur carton à dessin tacheté de noir sur fond vert, viennent se placer de façon anarchique au gré du flux imposé par le goulot de la porte d’entrée. Après quelques instants, chaque élève pose son carton à dessin sur son chevalet puis sort une feuille de papier au format raisin. Pour certains, celle-ci est ensuite coincée à l’aide des élastiques de fermeture du carton à dessin. Pour d’autres, ils ont recours aux pinces à dessin chromées. La gomme mie de pain est tenue dans la main gauche et le fusain dans la main droite. Chacun fait silence. De l’autre côté de la pièce, un paravent semble trembler. Après quelques instants, une femme d’une trentaine d’années, petite, un peu boulotte, une coupe de cheveux au carré avec de grosses lunettes noires vient prendre place au centre du cercle. Nous sommes à l’école des beaux-arts, c’est le premier jour et le premier cours de modèle vivant.

Les regards se croisent entre des élèves qui ne se connaissent pas. Personne n’ose sourire de peur de passer pour un benêt. Cette femme a pratiquement 10 ans de plus que la moyenne des élèves. Les petits bourrelets et la peau d’orange accompagnent les stigmates de l’accouchement. Dans la jeunesse de leur corps, certains élèves paraissent admiratifs qu’une personne puisse s’exposer ainsi. La plupart d’entre nous étaient en couple ou l’avaient été. À part quelques timides ou en attente de mariage, nous avions tous eu une sexualité partagée avec un partenaire. Mais cette chair étalée devant nous nous apportait des émotions nouvelles.

Nous savions tous que nous aurions des cours de modèle vivant et qu’il faudrait affronter cette première fois. Cette première fois où l’on est en situation de voyeurisme pour la bonne cause, pour apprendre les lignes et les courbes, les formes et les contre formes, le dessin du vivant.

Très vite, devant la médiocrité de nos réalisations et poussés par un professeur exigeant, nous avons oublié le corps de cette dame pour y voir un modèle à travers une suite de pauses courtes et de quelques pauses longues. Nous avons passé des heures, des semaines à dessiner, encore et encore. Par la suite, nous avons eu toutes sortes de modèles, des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes. À la fin de chaque cours, le modèle va se rhabiller derrière le paravent. Sur le moment, cette situation paraît un instant paradoxale. Nous sommes toujours surpris de ne pas reconnaître facilement notre modèle une fois rhabillé. Les habits ne laissant voir que leur visage et leurs mains, le modèle redevient un individu en conformité.

Pour ces élèves, il y avait une idée de l’art qui tenait compagnie à une autre idée de la représentation de la femme et de la sexualité. Il s’agit d’un dérapage qui n’en finit pas. On part de la grande odalisque d’Ingres en glissant vers Olympia de Manet en passant par l’origine du monde de Gustave Courbet et peut-être pour arriver à Paul McCarthy et son oeuvre.

Pierre Tomy Le Boucher

Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Bourre
Bourre
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Crin
Crin
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Pilaire
Pilaire
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Pileux
Pileux
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Poil et Pile
Poil et Pile
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Vibrisse
Vibrisse
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Pubescente
Pubescente
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Toison
Toison
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Tonte
Tonte
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Cil
Cil
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Duvet
Duvet
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Fibre
Fibre
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé laine
Laine
Eloge de l'approximation - Peinture numérique sur toile d'un personnage nommé Pelisse
Pelisse