Publié par

Tutelle et curatelle

Les statistiques, une invention merveilleuse. Il devient possible de créer un individu unique composé de l’ensemble des ingrédients obtenus à partir de la population mondiale. Ainsi s’opère une transformation, je deviens un homme aux cheveux raides et au teint hâlé qui mange du riz plusieurs fois par semaine. Et moi ! Et moi ! Et moi !

Les statistiques

Les statistiques permettent de récolter des données dans des domaines aussi différents que la météorologie, le recensement, l’économétrie, la mercatique, la production industrielle, l’écologie et bien sûr l’assurance et la finance. En d’autres termes, les statistiques permettent de gouverner un pays voire une région du monde. Nous sommes étiquetés pour devenir des unités. Une unité peut aller jusqu’à 1 million d’individus.

« Je ne suis pas un numéro » : Patrick McGoohan

Moi qui suis né dans le « sept-huit » à la fin des années 50, je me sens bien loin du modèle statistique. Je me sens unique dans un univers conformé. Je suis affublé de toutes sortes de numéros dans le domaine de la santé, des impôts et tout système administratif permettant de m’identifier. À longueur de journée on m’associe à des codes, des mots de passe et même un numéro à la poissonnerie de la grande surface organisant la file d’attente. Comment garder sa dignité dans les méandres de la numérologie et de la sphère financière ? Il devient facile de passer de l’état d’humain à l’état de pion.

Unique

Une statistique inversée permet facilement de comprendre que chacun est unique avec toutefois des ressemblances troublantes. Grâce à ce type de faille, il est possible de se retrouver dans une cagette bien alignés et disposés sur un échiquier sociétal. Ainsi, progressivement chacun trouvera sa place et répondra à la tâche qui lui est assignée pour la bonne marche d’une société et d’un gouvernement totalitaire nommé démocratie 2.0.

Les laissés-pour-compte

Les rebelles sont écartés et quelques marginaux subsistent çà et là. Dans les villes, les personnes se croisent sans se voir. Il existe une hiérarchie fondée sur des postulats tels que l’argent, le niveau d’études, l’emploi occupé, etc. Il existe bien d’autres types de personnes, mais la catégorie qui nous intéresse, dans ce propos, est celles des laissés-pour-compte.

Mariage consanguin

La plupart sont mal nés. Ce sont des dégénérés avec une séquence nucléotidique tourmentée. Je suis moi-même issu de ce processus, car mes grands-parents, cousins germains de leur état, ont eu la bonne idée de fonder une famille. De plus, ma grand-mère maternelle était atteinte d’une maladie neurodégénérative. Il faut dire qu’elle était elle-même le fruit d’un mariage consanguin.

Neuneu ?

Dire que cette famille serait composée de «  neuneu » serait évidemment exagéré. Mais si certains ont échappé à la niaiserie, d’autres n’ont pas échappé au handicap physique entraînant forcément des dysfonctionnements psychologiques.

Handicap

En ce qui concerne les statistiques, ma famille paraît être dans la norme. Malgré ce cousinage répétitif, l’ensemble de cette tribu est composé de personnes ayant toutes fait des études supérieures. En fait, il y a une exception. Effectivement l’un de mes cousins eut la polio à l’âge d’un an. Son handicap a rendu  impossible une scolarité ordinaire. Comme un malheur n’arrive jamais seul, ce paraplégique ne disposant que d’une main valide a trouvé le moyen de se la broyer dans un mixeur lorsqu’il avait environ trois ans. Deux décennies plus tard, il eut un accident de la route. Un fauteuil roulant électrique contre un 30 tonnes. Je vous laisse deviner qui a gagné.

Trisomie 21

À l’époque, ce drame avait beaucoup affecté « Tonton Henri » trisomique 21 de son état. Mes frères, mes sœurs, mes tantes, mes oncles et mes cousins pratiquent des professions dignes d’un feuilleton américain : médecin, ingénieur, architecte, magistrat, artiste. Quelques autres ont préféré le statut de femme au foyer. Il est donc clair que dans cette famille la dégénérescence ne porte pas sur l’intellect, mais plutôt sur des troubles psychologiques et des atteintes physiologiques.

Secret de famille

Cette famille de dégénérés me paraît assez normale en raison du contexte. On notera des suicidés, des mariages gris, des mariages mixtes, des homosexuels, certains sont « Communistes et d’autres votent Rassemblement National. Et pour couronner le tout, certains ont fait de la prison. Comme on ne sait pas tout ce qui se passe dans les familles, il y a sûrement eu des histoires de viol, de pédophilie et des manigances sectaires.

Dégénérescence

En ce qui me concerne, j’ai eu mon lot et je suis même plutôt bien placé dans la pyramide. Mon jeu préféré est de chuter régulièrement, en raison d’une dégénérescence musculaire. Cela se produit lorsque je circule sur toutes sortes de terrains goudronnés.  Ma moyenne est d’environ une à deux fois par mois. C’est systématique, le genou gauche se retrouve régulièrement meurtri. Je ne compte plus les cicatrices. Lorsque je chute, il y a bien sûr la douleur puis dans un deuxième temps très rapproché, le ridicule m’envahit accompagné d’une solitude face à un groupe de personnes ne portant aucun intérêt à ma situation. J’imagine que ceux-ci pensent que je suis drogué, aviné, alcoolisé et donc inapte à une déambulation sur la voie publique. Cette situation est probablement de ma responsabilité. Ainsi la foule se sent exemptée de tout comportement compassionnel.  Je ne vais quand même pas crier à qui veut l’entendre : « Je suis handicapé, aidez-moi, je vous en prie ». Je pense que dans cette société actuelle je serais encore plus ridicule. Cette situation entraînerait probablement très vite un signalement auprès du procureur de la République et je me retrouverais rapidement mis sous tutelle par un jugement expéditif. Il faut savoir qu’en France, il y a environ 500 000 tutelles et 400 000 curatelles.

En ce qui me concerne, je sais bien que je ne suis pas fou. En effet, lorsque je vois la boîte de « mort-aux-rats », j’utilise ce produit avec prudence et avec grande précaution. Certains symboles comme la tête de mort me rappellent rapidement le danger de ce type de produit. Il faudrait être fou pour passer outre les recommandations funestes présentées sous la forme d’un pictogramme parfaitement saturé et positionnées en bonne place. Quels dégénérés utiliseraient un produit sur lequel est inscrit en toutes lettres : « fumer tue ». D’ailleurs, les seuls fumeurs que je connais sont  analphabètes, myopes, voire idiots. La preuve, un jour l’un d’entre eux m’a expliqué qu’il n’avait pas compris l’intérêt de présenter sur un paquet de cigarettes un poumon cru et un poumon cuit alors qu’il est lui-même « Vegan ».

Amour de jeunesse

Lorsque j’avais huit ou neuf ans, j’étais amoureux de ma cousine. Je pense que ce sentiment était réciproque. Je crois bien que c’était mon deuxième amour de jeunesse et j’imaginais pour plus tard l’union sacrée. La vie nous a fait prendre des chemins différents. Nous avons évité la tragédie.

Les factures

Quoi qu’il en soit, les personnes atteintes de différents troubles psychologiques et physiques sont facilement en marge de notre société. Leur combat est le plus souvent le manque d’autonomie. Certains auront du mal à gérer leur budget et notamment, à titre d’exemple, le paiement des factures. Celles-ci formeront très rapidement un tas de papiers et d’enveloppes déposé sur le buffet de la salle à manger : un grand tas où se mélangent factures et publicités.

Des tâches ordinaires

Pour le handicapé physique, c’est plus facile à comprendre, il est dans l’impossibilité d’effectuer les tâches ordinaires. Il ne peut pas se laver, s’habiller, sortir de chez lui sans craindre la chute et souvent l’habitation n’est pas fonctionnelle. Faire la vaisselle lorsque l’on est en fauteuil roulant oblige à tendre ses bras avec l’espoir de pouvoir rincer une assiette. Sans compter que le plus souvent, la partie la plus dure est d’ouvrir et de fermer le robinet.

Mesure de protection

Pour pallier les problèmes physiques et psychologiques de certains individus, il existe des dispositifs tels que la tutelle,  la curatelle ou la sauvegarde de justice. Ce sont des mesures dites de protection.

Le signalement

Après un signalement au procureur de la République, le juge des tutelles s’empare de l’affaire. Le but est de trouver un tuteur. Celui-ci peut être un ami, un proche, ou encore un professionnel. L’important est d’organiser la vie du majeur protégé en trouvant les meilleures solutions pour le protéger de lui-même ou d’une société redoutable.

Si le processus paraît fonctionnel, il existe de nombreux cas où la situation est complexe liée au caractère, au brin de folie et aux addictions de certains majeurs protégés.

Le juge des tutelles désigne un tuteur familial. A défaut de famille, il se tourne vers un professionnel. Il peut alors s’agir de personnes travaillant dans une association tutélaire. On pensera aux UDAF, aux APAJH, aux ANGT, aux ATI, AFAM, ATMP et bien d’autres encore.

L’ « adjudant-chef » ainsi nommé facilitera, orientera et dans certains cas obligera le majeur sous protection à des comportements dits normés. Le mot d’ordre est : « pas de vagues ». Délégué à la tutelle (désormais, on dit mandataire judiciaire à la protection des majeurs) est un métier fascinant, plein d’amour et de tolérance. Seules quelques personnes exceptionnelles arrivent à gérer des situations difficiles et conflictuelles. Il paraît nécessaire de réécouter la chanson de Didier Super : « y en a des biens ».

Qui sera le prochain ?

Pour le plasticien que je suis, il existe une forme d’écœurement. En effet, je suis extrêmement troublé par la faiblesse humaine avec des destins souvent pitoyables. J’espère que mes traductions plastiques permettront de proposer une réflexion supplémentaire et faire un tout petit pas, qui je l’espère, viendra s’additionner à tous les efforts des professionnels de la tutelle et trouver de nouvelles solutions pour mieux intégrer une population hors norme. Il est bien sûr nécessaire de réfléchir à cette situation désespérante, en ayant toujours à l’esprit, que tout un chacun peut-être, un jour,  un futur majeur vulnérable ou tout simplement une personne âgée qui bénéficiera dans le meilleur des cas d’une assistance bienveillante.

Éloge de l’approximation

Note : cette histoire familiale est une invention afin d’accoler des mots à des images dont la lecture est conceptuelle. Comme je le rappelle souvent, ces petites histoires qui accompagnent mes productions plastiques permettent une meilleure mémorisation de mes propositions. Je vous rappelle, que la facture utilisée pour cette série s’apparente au style que j’ai mis en place et que je nomme « l’éloge de l’approximation ». Pour parfaire mes travaux plastiques, j’invente des histoires pour des images qui n’en ont pas.

Comme il est de coutume dans ce genre de situation, sachez que toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite. Si tel était le cas, il s’agirait probablement d’une dysmnésie ou simplement d’une remémoration, c’est-à-dire une recomposition du passé créant ainsi de faux souvenirs.

Ah ! Au fait, avez-vous pensé au mandat de protection future ?

Publié par

Concepts en vidéos

Approximation

01 – Approximation : Portrait de Francois Mitterrand par Pierre Tomy Le Boucher

02 – Approximation : Portrait d’Yves Coppens par Pierre Tomy Le Boucher

03 – Approximation : Portrait de Pierre Bérégovoy par Pierre Tomy Le Boucher

04 – Approximation : Portrait d’ Etienne Klein par Pierre Tomy Le Boucher

05 – Approximation : Portrait de Rachida Dati par Pierre Tomy Le Boucher

06 – Approximation : Portrait de Nicolas Sarkozy par Pierre Tomy Le Boucher

07 – Approximation : Portrait de Yannick Jadot par Pierre Tomy Le Boucher

08 – Approximation : Portrait de Michel Onfray par Pierre Tomy Le Boucher

09 – Approximation : Portrait de Jean-Francois Copé par Pierre Tomy Le Boucher

10 – Approximation : Portrait de Benoît Hamon par Pierre Tomy Le Boucher

11 – Approximation : Portrait de Gilbert Collard par Pierre Tomy Le Boucher

12 – Approximation : Portrait de Boris Cyrulnik par Pierre Tomy Le Boucher

13 – Approximation : Portrait d’Anne Hidalgo par Pierre Tomy Le Boucher

14 – Approximation : Portrait de Tobie Nathan par Pierre Tomy Le Boucher

15 – Approximation, des clefs pour comprendre !

Comma

01 – Comma : Le concept par Pierre Tomy Le Boucher

02 – Comma : Le choeur de l’ ESJLA par Pierre Tomy Le Boucher

03 – Comma : Le chemin de croix par Pierre Tomy Le Boucher

04 – Comma : Christ en croix par Pierre Tomy Le Boucher

05 – Comma : “aux marches” par Pierre Tomy Le Boucher

06 – Comma : “Le Prétoire” par Pierre Tomy Le Boucher

07 – Comma : “La gargouille” par Pierre Tomy Le Boucher

08 – Comma : “Petits papiers paroissiaux” par Pierre Tomy Le Boucher

09 – Comma : “Le tabernacle” par Pierre Tomy Le Boucher

Mythologie Reloaded

01 – Mythologie Reloaded : “Aède à domicile” par Pierre Tomy Le Boucher

02 – Mythologie Reloaded : “Aède à domicile” suite du concept par Pierre Tomy Le Boucher

03 – Mythologie Reloaded : “Hadès et Menthéos” par Pierre Tomy Le Boucher

04 – Mythologie Reloaded : “Poséidon et Armelle” par Pierre Tomy Le Boucher

05 – Mythologie Reloaded : “Léto et Clark Cable” par Pierre Tomy Le Boucher

06 – Mythologie Reloaded : “Hécate et Hérald” par Pierre Tomy Le Boucher

07 – Mythologie Reloaded : “Héphaïstos et Pauline” par Pierre Tomy Le Boucher

08 – Mythologie Reloaded : “Apollon et Hélianthe” par Pierre Tomy Le Boucher

09 – Mythologie Reloaded : “Dionysos et Margot” par Pierre Tomy Le Boucher

10 – Mythologie Reloaded : “Héra et Agénor” par Pierre Tomy Le Boucher

11 – Mythologie Reloaded : “Danaé et Aleksandr” par Pierre Tomy Le Boucher

12 – Mythologie Reloaded : “Hébé et Plustus” par Pierre Tomy Le Boucher

13 – Mythologie Reloaded : “Perséphone et Nikolai” par Pierre Tomy Le Boucher

14 – Mythologie Reloaded : “Clymène et John” par Pierre Tomy Le Boucher

15 – Mythologie Reloaded : “Artémis et George” par Pierre Tomy Le Boucher

16 – Mythologie Reloaded : “Asclépios et Aldjia” par Pierre Tomy Le Boucher

17 – Mythologie Reloaded : “Coronis et Kaipo” par Pierre Tomy Le Boucher

18 – Mythologie Reloaded : “Hermès et Amani” par Pierre Tomy Le Boucher

19 – Mythologie Reloaded : “Athéna et Kavi” par Pierre Tomy Le Boucher

20 – Mythologie Reloaded : “Deucalion et Carleen” par Pierre Tomy Le Boucher

21 – Mythologie Reloaded : “Epiméthée et Jeanne” par Pierre Tomy Le Boucher

22 – Mythologie Reloaded : “Pandore et Isaac” par Pierre Tomy Le Boucher

23 – Mythologie Reloaded : “Métis et Mouhamed” par Pierre Tomy Le Boucher

Sexe (interdit au moins de 18 ans)

De la pornographie à l’érotisme avec l’éloge de l’approximation par Pierre Tomy Le Boucher

 

Retour à la boutique

Partager cette page sur vos réseaux favoris

Publié par

Aède à domicile : Mythologie Reloaded

À la découverte de Mythologie Reloaded avec de nouvelles histoires qui entraînent les Olympiens vers de nouvelles aventures.Celles-ci commencent en l’an 2000.

Portrait des divinités de l’Olympe

Angèle Carutti : « Pierre Tomy Le Boucher, vous dites que vous êtes un Aède à domicile. Pouvez-vous nous en dire plus ? »

Pierre Tomy Le Boucher : « Oui, je crois que je suis un Aède des temps modernes, je vous rappelle qu’un aède est une personne qui chante des épopées. C’est la tradition orale, le troubadour, le trouvère et mon maître, le plus célèbre des aèdes, s’appelle Homère. »

Angèle Carutti : « Homère ?  (voix érayée) ».

Pierre Tomy Le Boucher : « Non pas celui-ci, celui de la mythologie. »

Angèle Carutti : « Alors, aède des temps modernes ? »

Pierre Tomy Le Boucher : « En effet, je suis à la fois mythographe et mythomane, je reviendrai plus tard sur cette notion. Et grâce aux nouvelles technologies, je peux intervenir à votre domicile par le biais d’Internet. Cela évite d’aller de ville en ville, de port en port, par monts et par vaux voire de Charybde en Sylla avec la lyre à la main »

Vidéogramme de présentation du concept Mythologie Reloaded – partie 01

Vidéogramme de présentation du concept Mythologie Reloaded – partie 02

Angèle Carutti : « Pour commencer notre conversation, j’aimerais que notre discussion tourne autour de cette toile qui se nomme « portrait de Zeus : comptable en costume avec cravate ».

Aède à domicile : Mythologie Reloaded

Pierre Tomy Le Boucher : « Je voudrais commencer cette explication par un postulat : Dieu existe si vous y croyez, Dieu n’existe pas si vous êtes athée. Dans ces deux cas de figure, nous n’avons aucune preuve de l’existence ou de la non-existence de Dieu. C’est la croyance de l’homme à travers sa religion qui crée l’existence de Dieu. Je crois en Zeus donc, il existe. Pour ma part, j’ai la preuve de son existence. En effet, Zeus m’a envoyé un e-mail. Regardez, je ne mens pas je l’ai sous les yeux. Vous voyez c’est signé Zeus.»

Angèle Carutti : « En effet, c’est signé Zeus. Mais pourquoi Zeus vous a-t-il choisi ? »

Pierre Tomy Le Boucher : « Alors là, écoutez, je ne sais pas, après tout ç’aurait pu être mon voisin, heu ! Non pas mon voisin. Non, j’avoue je ne sais pas. Il me semble me souvenir que Luc Ferry était en lice, oui en effet, nous étions en concurrence, mais je ne sais pas pourquoi Zeus m’a accordé sa confiance.

Angèle Carutti : « Et sans indiscrétion, que contient cet e-mail ? ».

L’Email de Zeus

Pierre Tomy Le Boucher : « Eh bien, dans ce message, cette missive, ce billet, Zeus me demande d’être le témoin, mais également le porte-parole des actions décidées sur le mont Olympe, il y a de cela quelques années. Alors, vous voyez ! Attendez… : cher Pierre Tomy, j’espère que tu vas bien et je te remercie encore pour cette bouteille d’ambroisie, oui, enfin là ça concerne la partie perso. Tatata !!! Ah voilà… c’est Zeus qui parle… »

« Moi, Zeus, oui, il a une voix grave. Moi, Zeus, Roi des dieux et maître de ces lieux, je décide qu’à partir de demain, nous rejoindrons les hommes pour 100 années. Par tranche de 10 ans, nous referons notre vie 10 fois et nous rentrerons dans le cœur des hommes et nous retrouvons notre puissance. Chacun agira en solitaire. Si vos regards se croisent, l’un d’entre vous deviendra mortel. Telle sera votre destinée. »

« Pour résumer la situation, Zeus a décidé d’aller sur la terre et de rentrer dans le cœur des hommes, mais pour cela chacun des dieux doit satisfaire un besoin primaire, fondamental. C’est-à-dire le besoin que tout un chacun possède en lui et qui n’est pas assujetti ni au pouvoir ni à l’argent. Pour bien comprendre cette position, que feriez-vous de votre vie, si vous n’aviez aucune contrainte. De façon plus prosaïque, on pourrait poser la question, par exemple que feriez-vous comme activité au moment de la retraite. Mais ici, l’affaire est plus subtile. »

Le comptable

« Pour expliquer cette notion, Zeus a été le premier Dieu à exposer son projet de vie parmi les humains. « Moi, Zeus, je serai comptable ». Les autres Dieux sont un peu étonnés, mais Zeus a expliqué sa passion des chiffres et des notions de dépenses, de recettes, de contrôle, de bilan comptable et a indiqué qu’il deviendrait comptable dans une petite entreprise. Il ne veut pas être expert-comptable, il veut être comptable. »

« Hadès, son frère qui n’est pourtant pas un rigolo, a éclaté de rire tant il a été surpris par cette passion. Ce rire n’a duré que quelques secondes. En effet, Zeus a regardé son frère et lui a dit : « Hadès, toi mon frère qui règne sur le royaume des morts, que vas-tu choisir : boulanger, banquier, croque-mort, ha ! ha ! ha !!! » Avec une espèce de rire sardonique. »

 

Portrait de Menthèos
Menthèos : Coton de Tulear d’Hadès raconté par un « Aède à domicile »

 

Angèle Carutti : « Et alors, quelles activité ou passion Hadès a choisi ?»

Pierre Tomy Le Boucher : « Ah ça, c’est une autre histoire que nous pourrons voir avec un autre tableau »

Angèle Carutti : « Vous avez expliqué qu’il s’agissait de 10 périodes de 10 ans qui feront donc une durée totale de 100 ans. Pourquoi 10 périodes. »

Pierre Tomy Le Boucher : « Zeus a fixé la durée de 10 ans pour éviter que le non-vieillissement puisse engendrer des questions, des incompréhensions. C’est pourquoi chacun des dieux devra changer de vie tous les 10 ans et quitter son conjoint, ses amis, son travail afin de s’installer dans une autre région et éviter toute relation entre ses différentes vies »

Les réseaux sociaux

« Évidemment, vous vous en doutez, en raison de la profusion des appareils permettant la photographie, la vidéo ainsi que la médiatisation par Internet, il sera difficile aux dieux d’échapper aux destins croisés de leurs différentes vies. Il leur faudra probablement refuser d’être sur Facebook, ou autres ! »

Angèle Carutti : « Zeus a dit : Si vos regards se croisent l’un d’entre vous deviendra mortel, pourquoi ce précepte ? »

Pierre Tomy Le Boucher : « Zeus a donné rendez-vous aux autres dieux dans 100 ans. Mais en 100 ans, il peut se passer des choses et pour être sûr d’éviter un complot, il oblige les dieux à ne pas pouvoir se rencontrer. En effet, quel dieu prendrait le risque de devenir mortel à cause d’un simple regard ? »

Angèle Carutti : « Mais cela pose plein de questions, est-ce que les dieux peuvent s’écrire entre eux ? Peuvent-ils regarder la photo ou la vidéo d’un autre dieu ? Où sont les limites ? »

Pierre Tomy Le Boucher : « Mais, c’est cela, la puissance de Zeus. Les limites ne sont pas connues par les autres dieux. Ils apprendront à leurs dépens et au fur et à mesure les risques encourus. »

Angèle Carutti : « Alors, revenons à cette toile qui se nomme « Portrait de Zeus en costume-cravate ».

Pierre Tomy Le Boucher : « Cette toile concerne la première décennie de Zeus le comptable où nous pourrons évoquer sa relation avec Françoise. Françoise, c’est la secrétaire du supérieur hiérarchique de Zeus. Dans cette entreprise, dont je tairai le nom. Zeus a bien sûr choisi un nom d’emprunt : il s’appelle Fernand Suze. »

A suivre …

Quelques clefs pour comprendre

Retour à la boutique

Partager cette page sur vos réseaux favoris

Publié par

Les 6 derniers présidents

Le portrait des 6 derniers Présidents de la République du 27 mai 1974 à ce jour

Les ingrédients stylistiques appliqués au 6 derniers Présidents de la République française : Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron sont liés au concept de l’éloge de l’approximation.  Mes propositions plastiques concernent le concept des déperditions de la mémoire et ce qu’elles entraînent sur la perception. J’interroge la mémoire digitale qui devient un renfort froid et non émotionnel du souvenir. Mes images sont pleines de trous à l’instar de la Gestalt. Il s’agit d’une perception relative, mais suffisante pour la reconnaissance d’un individu comme une image sortie d’un souvenir vaporeux. Il s’agit d’un travail sur la (Re)-connaissance à partir de formes clefs qui prennent sens dans une globalité servie par une structure de polygones constitués de droites (abstraction de la courbe)

L’éloge de l’approximation : quelques clefs pour comprendre

Portrait des 6 Présidents de la république française de 1974-à ce jour
 

Portrait des 6 Présidents de la République française de 1974-à ce jour à la manière de l’éloge de l’approximation : du souvenir vaporeux à la perception.

 

Prix des 6 œuvres au format 85 x 85 cm :
8400 euros HT soit 10080 Euros TTC

Ces 6 portraits sont des peintures numériques imprimées sur toile au format 85 x 85. Ainsi, l’impression est réalisée sur une toile polyester coton blanche de 350g/m2, écrue au dos, trame fine et régulière, avec des encres résistantes à l’eau et aux UV assurant ainsi une grande longévité du produit. Le châssis est en pin. Il est fabriqué de façon artisanale. Un dispositif comprenant entre autres un câble en acier (résistance 40 kg) en permet l’accrochage sur une surface verticale.

D’autres formats et portraits sont disponibles à l’achat sur le site internet

Quelques clefs pour comprendre

Retour à la boutique

Partager cette page sur vos réseaux favoris

Publié par

Pornographie et érotisme

Du porno à l’éro

Les salles de cinéma proposaient une pornographique où il était nécessaire d’avoir 18 ans. Parmi les grandes révolutions, il y a eu la cassette VHS introduisant ainsi une pornographie à domicile. En effet, cette nouvelle technique a réorganisé complètement la sexualité individuelle. Ce n’est que bien plus tard que le contenu s’est déplacé sur Internet. Certains avaient recours aux prostituées.

Du porno à l’éro – interdit aux moins de 18 ans : vidéo YouTube

Luc François Dumas

Dans « La sexualité décodée », Luc François Dumas parle de pulsions mineures et de pulsions majeures. Ainsi, il évoque un schéma très précis où il associe le sadisme, le masochisme, l’érotisme, l’inhibition, le voyeurisme et l’exhibition. En outre, ces pulsions mineures viennent s’additionner aux pulsions majeures que sont l’autoérotisme, l’homosexualité, l’hétérosexualité, toutes ces pulsions étant contrôlées par une éducation qui permettra d’obtenir la tempérance.

L’hyper sexualisation

Mais aujourd’hui, le sexe est partout. De surcroît sa représentation est omniprésente : média, littérature, mode et art contemporain. L’hyper sexualisation qui avait pour terrain de jeu la ville, c’est progressivement déplacé sur Internet. En règle générale, la publicité et les films ont tendance à supprimer les seins nus devenus inutiles pour les remplacer par des codes subjectifs de la pornographique. Les images explicites et sérieuses sont devenues fictionnelles avec une normalisation de la sexualité. Les images ont disparu de la ville, il est nécessaire d’aller les chercher et notamment sur Internet.

L’histoire de la pornographie

La pornographie a une histoire. En effet, les images à caractère sexuel ont toujours existé, de l’Empire romain à nos jours. Leurs fonctions ont juste été différentes à travers les époques. On est passé d’une logique de procréation à une révolution sexuelle. Les guerres de religion avec leurs phénomènes de réforme et de contre-réforme ont amené une sorte de culpabilisation extrême de la chair et de la sexualité. L’église va vouloir mettre en forme des contrôles de l’intimité de chacun en utilisant par exemple la confession. Dans des temps plus anciens, le peuple se réjouissait, fasciné par la mort, de participer à des agonies et voir le mourant dans ses derniers instants. À notre époque, cela devient obscène, les morts doivent mourir dans l’intimité de l’hôpital.

Des corps de jouissance

Aujourd’hui, on regarde l’orgasme alors qu’il était soustrait à la vue. Il est plus facile de découvrir les corps de notre époque. Ceux-ci sont en forme et bien nourris. Effectivement, les corps d’antan étaient recouverts de poux et de vermines, accompagnés d’une odeur fétide. En plus, nous sommes passés des corps de souffrance à des corps de jouissance.

Le libéralisme sauvage propose des conditions extrêmes. Il s’agit de services et de produits prêts à consommer. En théorie, la pornographie peut véhiculer une logique sexiste et raciste. Dans l’industrie pornographique, il vaut mieux être blonde aux yeux bleus que noire aux cheveux crépus. Par contre, le « black » affublé d’un organe démesuré est très apprécié lorsqu’il défonce une petite blonde gémissante. Ainsi, la pornographie importe de nouveaux standards.

Pour certains la pornographie ne signifie pas la déviance, la violence et l’avilissement de la femme. Pour d’autres, cette déviance est une évidence avec un ressenti qui sublime l’animalité de l’homme.

Peinture numérique sur toile de « Anal » à la manière de l'éloge de l'approximation
De la pornographie à l’érotisme grâce à éloge de l’approximation, une peinture à reconstruire à l’aide de la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions.

 

L’industrie pornographique

Malgré toutes ces tentatives, l’industrie pornographique n’arrivera jamais à montrer, jusqu’au bout, les mystères de l’attirance d’un homme ou d’une femme qui entraîne un désir surgissant. Comme les fantômes, les mystères de l’attraction échappent à la pellicule.

En vérité, la pornographie c’est tout d’abord la mise entre parenthèses de l’affect, de l’émotion et surtout d’une chose absolument subversive : la tendresse. La pornographie, c’est plutôt une sexualité anormale qui cherche à se différencier de la sexualité des couples ordinaires. Les codes de la pornographie sont stéréotypés. Certains jeunes réalisent la sodomie et l’éjaculation faciale au premier rapport.

Les préservatifs

Grâce aux préservatifs, c’est la possibilité d’avoir des partenaires sans risque et de sortir du couple puritain bourgeois traditionnel. Il est donc possible d’obtenir une explosion de sensualité qui n’a plus besoin du porno. En exagérant, on pourrait dire que la pornographie est un instrument puritain. Il est à noter qu’il est très puritain de se masturber tout seul chez soi. La pornographie, à l’instar de la publicité est frustrante, car elle nous vante des femmes, prêtes à tout, absolument sublimes, imberbes aux attributs révoltants faisant l’amour avec des hommes cheval. En général ce type de production manque d’esthétisme et d’érotisme. Dans cet esprit, la notion de désir est très rare dans un film porno et ces valeurs ne sont pas forcément ce que recherche le consommateur. Plus de la moitié des Français ont indiqué de façon déclarative être déjà allés sur un site pornographique.

Stimulant ou substitut

À ce propos, regarder les films pornos n’indique pas que le public a des frustrations ou des problèmes de rapport à l’autre. Pour certains ce sera un stimulant et pour d’autres un substitut. En effet, beaucoup de couples consomment des films pornographiques où l’on retrouve l’apologie du héros comme dans toute l’industrie cinématographique. À cet égard, les films pornographiques représentent un exutoire dans une société extrêmement puritaine. En cela, la pornographie explose avec les cassettes vidéo et les sites Internet. En additionnant le sida, cette collusion entraîne un repli pornographique.

Dans le cinéma pornographique, on retrouve des pratiques sexuelles, des physiques, des stéréotypes, des caricatures qui sont loin, souvent, de la réalité. Grâce à cette exagération, il est possible de sortir de notre quotidien qui va satisfaire une pulsion sexuelle immédiate.

La littérature

Pour certains, la littérature va mettre en place une vraie participation et une vraie interaction intime avec les mots entraînant une situation beaucoup plus perverse et moins innocente que de simples images pornographiques. Katsumi, reine du porno déclare : « Je n’ai jamais lu de texte plus excitant et plus obscène que la littérature de Georges Bataille. »

Georges Bataille

Je mets mon vit contre ta joue
Le bout frôle ton oreille
Lèche mes bourses lentement
Ta langue est douce comme l’eau

Ta langue est crue somme une bouchère
Elle est rouge comme un gigot
Sa pointe est comme un couteau criant
Mon vit sanglote de salive

Ton derrière est ma déesse
Il s’ouvre comme ta bouche
Je l’adore comme le ciel
Je le vénère comme un feu

Je bois dans ta déchirure
J’étale tes jambes nues
Je les ouvre comme un livre
Où je lis ce qui me tue.

Le rêve français

La pornographie, c’est de la fiction. Par conséquent, notre société n’a jamais autant baigné dans la fiction. Le cinéma, la télé, les livres et même la politique en voulant ré enchanter le rêve français, c’est de la fiction. Grâce au numérique le trucage est partout. Bientôt, il est probable que de nouvelles pratiques pornographiques verront le jour grâce à la réalité virtuelle.

La parodie du film porno

Dans l’univers de la chambre à coucher est révélée notre faiblesse, notre aventure personnelle loin du superhéros. En effet, cet apprentissage met en place des sentiments comme la panique, la peur de ne pas être à la hauteur. Pour certains une nouvelle sexualité s’installe en réalisant des parodies du film porno. Il y a un mélange des genres, le film pornographique montre des choses vraies et des choses fausses. Souvent, l’adolescent regarde des films pornographiques pour comprendre comment fonctionne la sexualité. Il s’agit d’un regard pour apprendre. Par exemple, c’est le cas de l’éjaculation faciale. En effet, les sondages sur les pratiques sexuelles révèlent que les sondés ont une pratique calquée sur les films pornographiques. Pour cette raison, ces derniers montrent une jouissance ex-utéro. La parodie des films pornographiques qui se parodie elle-même. Ainsi, la pornographie invente de nouveaux codes qu’il ne se trouvaient pas dans la littérature.

L’hypersexuelisation

La pornographie, c’est une libération qui nous enferme dans une nouvelle prison. C’est hypersexuelisation engendrent de la frustration, de telle sorte que, cet état excessif provoque la mise en évidence d’un défaut. Il ne faut pas oublier qu’il existe une certaine population, qui ne peut connaître de vie sexuelle qu’à travers ce qu’elle voit par la pornographie et par l’écran. La pornographie prend socialement en charge une population, plus particulièrement d’hommes, qui n’a pas la possibilité de vivre un acte sexuel réel. La prostitution coûte cher. En dehors des clivages moraux, il est facile de comprendre que la pornographie a perduré jusqu’à aujourd’hui parce qu’elle répond à une demande sociale très forte.

Le Gonzo

Dans le film pornographique, il y a deux catégories. La première, ce sont les films sans mise en scène et les films, souvent parodiques qui, par leurs titres ou par leurs sujets, proposent un scénario sans conviction permettant de relier de nouvelles situations avec des personnages nouveaux.

Le terme « gonzo » signifie en italien « idiot, crédule, dupe » et peut se rapporter à la pornographie sous la forme de pornographie brute non-fictionnelle. Cette production est facile à réaliser, elle ne coûte pas cher et c’est un produit idéal qui permet d’alimenter l’Internet. Cette production pourrait tuer l’industrie du X.

La seconde ce sont les compagnies de films X qui réalisent des films avec une stratégie qui permet d’obtenir un résultat plus propre et plus soigné. Ces nouveaux produits permettent d’attirer une nouvelle clientèle et ainsi améliorer l’image du cinéma X.

La taille du sexe

La pornographie peut faire des dégâts chez les très jeunes, notamment parce que l’adulte peut faire des comparaisons avec la vie réelle. Pour l’enfant, il s’agit d’une réalité, une vérité. Statistiquement, c’est à 12 ans et demi que les garçons voient leur premier film porno. Pour les filles il s’agit plutôt de 14 ans. Une enquête réalisée au Canada révèle que 25 % des 16/25 ans ont de très sérieux problèmes d’érection. D’autres enquêtes précisent que le « Viagra » est vendu à 40 % pour les moins de 40 ans.

Les sites pornographiques mettent en avant, à travers leurs publicités, toutes sortes de produits chimiques ou des méthodes pour améliorer l’érection voire la taille du sexe. Les sexologues soignent de plus en plus les addictions au porno avec une utilisation pour certains d’une à six heures par jour. Pour les adolescents et les pré adultes, il est difficile d’envisager sereinement une vie sexuelle avec un sexe qui parait réduit lorsqu’il est comparé aux critères du film pornographique. Aux États-Unis, 15 000 filles mineures se font poser des prothèses mammaires pour ressembler aux stars du porno.

Intimité

La prolifération de l’univers pornographique nous permet de croire que nous sommes plus libérés alors que celle-ci a tendance à nous asservir. Il y a un discours de façade commun, notamment dans les médias, qui permet de parler de sexualité avec ses amis. Il ne faut pas oublier que la sexualité se vit de manière très intime : seul, avec un partenaire, avec des livres ou des images.

La pornographie a tué l’érotisme

La pornographie a tué l’érotisme, il ne s’agit pas d’une condamnation liée à la vertu. Faut-il retrouver cette notion d’éros, c’est-à-dire l’amour lié au corps. La liaison entre le corps et l’amour se fait par le langage. Il est facile d’observer que les films pornographiques mettent en avant un langage minimum, voire l’absence de langage. La langue de la pornographie, c’est l’anglais. Un anglais très pauvre que tout un chacun peut comprendre. Malgré une méconnaissance de l’anglais la situation reste compréhensible. Le film pornographique est un retour au cinéma muet.

Un esclavagisme sexuel

Certaines personnes comparent leur vie sexuelle réelle avec une sexualité au travers des médias pornographiques. S’il est vrai qu’il existe un esclavagisme sexuel, les principaux fournisseurs de films pornos sont les États-Unis avec des conditions de travail tout à fait professionnelles. Les filles sont majeures et signent des contrats. Évidemment, comme dans toute industrie, il est possible de trouver des déviances avec des mineurs sous-payés. Cette déviance n’est pas liée à la pornographie, elle est liée à notre société, comme dans tout travail il est possible qu’il y ait exploitation.

Les sites Internet proposent des films sur les obsessions : les gros seins, les rousses, les talons hauts, les infirmières… Elle permet à certains de découvrir l’inimaginable. Elle emmène un public vers une nouveauté. Dans l’univers de la solitude, tout devient possible.

Obsessions et fascinations

La liste des obsessions est fascinante : Amateur, Anal, Asian, BBW, Big Butt, Big Tits, Bisexual, Blonde, Blowjob, Brunette, Casting, College, Compilation, Cosplay, Couples, Creampie, Cumshots, Cunnilingus, Dildos/Toys, DP, Ebony, European, Facial, Fantasy, Female Friendly, Fetish, Fingering, Funny, Gay, German, Gonzo, Hairy, Handjob, HD, Hentai, Homemade, Instructional, Interracial, Japanese, Kissing, Latina, Lesbian, Massage, Masturbation, Mature, MILF, Orgy, Panties, Pantyhose, POV, Public, Redhead, Rimming, Romantic, Shaved, Shemale, Solo girl, Solo Male, Squirting, Straight Sex, Swallow, Teen, Threesome, Verified Amateurs, Vintage, Voyeur, Webcam, Young/Old, 3D

Transcription et libre adaptation de l’émission de France 2

« Ce soir ou jamais » animé par Frédéric Tadeï avec Arthur H, Bénédicte Martin, Katsumi, Laurent de Sutter, Serge Tisseron, Kaoutar Harchi, Michela Marzano, Claude Habib et Judith Benhamou-Huet.

Découvrir « Anal »

Quelques clefs pour comprendre

Retour à la boutique

Partager cette page sur vos réseaux favoris

Publié par

Comma

Entre 2 images

Comme la vision des images, l’ouïe est une merveilleuse invention. Il devient possible d’entendre et de comprendre toutes sortes de notions sonores. La voix humaine, c’est très pratique, car lorsque l’on connaît la langue, il devient facile d’échanger pour se comprendre, pour exister. Il y a toutes sortes de sons et en particulier la musique. La musique, cela s’entend, cela s’écoute, cela se subdivise à l’instar du « Comma ».

Comma

Avec le concept de « Comma », les images intermédiaires obtenues à partir de A et B possèdent des éléments sémiologiques et iconographiques perturbés.

Vidéogramme sur le concept de la subdivision

La musique

Mais il est possible d’en parler de façon théorique. Au début, la musique c’est simple. Ce sont des notes qui se différencient par leur durée, leur intensité, leur timbre et bien sûr leur hauteur. Tout le monde connaît la gamme diatonique : do, ré, mi, fa, sol, la, si et do pour recommencer plus haut. Il existe aussi la gamme chromatique. Là c’est un peu plus compliqué, mais chacun a ses souvenirs : do, do#, ré, ré#, mi, fa, fa#, sol, sol#, la, la#, si et do pour continuer. Là c’est amusant, la suite logique n’est plus logique. Il manque le mi# et le si#. Ces deux notes n’existent pas. En fait si, elles existent dans des circonstances un peu plus complexes. Et les notes bémolisées ? Si, sib, la, lab, sol, solb, fa, mi, mib, ré, réb, do, si. Mais où sont passés le do bémol et le fa bémol, ils n’existent pas. En fait si, mais pour les mêmes raisons que tout à l’heure.

Le piano

Lorsque l’on observe le clavier d’un piano, on constate toute une série touches. Les blanches forment les notes dites « naturelles » et les autres notes, celles de couleur noire, représentent les altérations. En fonction de la tonalité du morceau et de son armature, le do dièse s’appellera ré bémol. Ainsi, tous les instruments dont les notes sont prédéterminées comme le piano, auront le do dièse pour équivalence au ré bémol. Il en va de même pour la guitare dont le manche possède des traits métalliques disposés avec des écarts spécifiques que l’on nomme des frettes et qui délimitent ce que l’on appelle la touche. Ici encore, le do dièse, c’est comme le ré bémol.

Le violon

Les violonistes ont une approche un peu différente. Pour eux, un do dièse n’a pas la même sonorité qu’un ré bémol. Tout cela est une affaire de subdivisions. Entre do et ré il y a un ton. C’est-à-dire deux fois un demi-ton. Facile ! Mais entre do et ré, il est possible de diviser un ton en 9 commas. En intégrant cinq commas à la note « do », on obtient un « do dièse ». En retranchant quatre commas à la note « ré » on obtient un « ré bémol ». Nous retiendrons qu’un comma sépare le do dièse du ré bémol.

La guitare

Nous avons tous observé un guitariste, le plus souvent avec des cheveux longs, effectuer un « bend » en tendant la corde à la manière d’un arc. Il accompagne en général son geste avec d’un rictus. Celui-ci part des yeux pour se terminer dans la bouche, le forçant à augmenter une grimace d’extase, il paraît transpercé par une flèche d’or. Si la tension est progressive, il est possible d’obtenir des notes intermédiaires. Des notes qui ne sont jamais nommées. Le comma est une subdivision, le « Bend » est une tension progressive. Le numérique et l’analogique.

Le « La 440 Hz »

La note de la tonalité du téléphone est un « la ». Plus exactement un « la3 » dont la fréquence est de 440 Hz. Pour obtenir la note « si », il suffit de jouer la fréquence 493,88 Hz. Heureusement que le piano est au courant de cette disposition. La fréquence, calculée avec deux chiffres après la virgule, permet d’obtenir une subdivision abyssale.

Entre l’image « A » et l’image « B »

Transposons cette idée dans le domaine des arts plastiques en effectuant un « Bend » entre deux images distinctes. Ce calcul ne peut se faire qu’à l’aide d’un ordinateur. En effet, chaque forme doit devenir une autre forme avec une nouvelle coloration. Des couleurs et des formes qui, comme les fréquences, peuvent se subdiviser à l’infini. Il y a l’image de départ que nous appellerons « A » pour notre démonstration et bien sûr l’image d’arrivée que nous prendrons soin d’appeler « B » afin de ne créer aucune ambiguïté. Pour obtenir des intermédiaires entre l’image A et l’image B, il est nécessaire que celles-ci soit conformes à une logique structurelle. Elles doivent être pertinentes. En effet, celles-ci doivent posséder en elles les ingrédients qui rendent possible l’opération informatique. L’image A doit posséder des similitudes iconographiques spécifiques avec l’image B.

Il est donc nécessaire de connaître le processus final pour déterminer les qualités de l’image A et de l’image B.

 

Comma : deux images pour réaliser Les fonts baptismaux de l'église de Saint-Julien-l'Ars
Les fonts baptismaux de l’église de Saint-Julien-l’Ars utilisant de concept de l’exposition Comma

Sémiologie et Iconographie

Les images intermédiaires obtenues à partir de A et B possèdent des éléments sémiologiques et iconographiques perturbés. Ainsi, la nouvelle image appartient plus ou moins à son père et à sa mère. C’est avec soin qu’il faut sélectionner la bonne fréquence, la bonne composition. En effet, il est nécessaire d’organiser le « hasard » obtenu par le calcul mathématique. C’est la raison pour laquelle, l’expérimentateur reprendra chaque forme pour les positionner, les diminuer, les augmenter et jouer de leur teinte et de leur saturation. Alors, l’image terminée sera probablement remise en cause, le lendemain, guidée par les rêves ou les cauchemars d’une nuit de sommeil perturbé.

Perte de lisibilité

Après cela, le blanc de la toile surgit entre les formes issues d’un calcul sans compassion. C’est la raison pour laquelle, cette assemblage d’images perd en lisibilité et devient approximative. Elle est pleine de trous à la façon de la Gestalt : c’est-à-dire la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions. Cette peinture est approximative, imprécise, imparfaite à l’instar de la mise en place de cette nouvelle manière d’aborder la connaissance. En effet, ces images illustrent l’éloge de l’approximation en questionnant la transformation qui va s’opérer sur la transmission de la connaissance par les nouvelles générations. L’œuvre questionne la compréhension du « Vu ». Conséquemment, elle interroge les bases de la connaissance par des citoyens nées à partir de 2010 et dont le foyer possède l’Internet et l’Internet mobile !

De nouveaux comportements

Cette approximation des connaissances va-t-elle modifier nos comportements ? Quel type d’enseignement va-t-il falloir inventer ? Quel est le devenir de la formation et de la communication ? L’assimilation par la lecture questionnera-t-il le besoin de mémoire ?

Avant, il y avait ceux qui ne savaient rien, ou pas grand-chose. Du « juste suffisant » pour vivre dans notre société. D’autres ont appris des choses en se spécialisant sans cesse. Ici, comme partout, les intermédiaires existent.

Génération « K »

Après, il y a une autre génération, celle qui a grandi avec « des écrans vissés au poignet ». Certains l’appellent la génération « K » correspondant à la première lettre de « Katniss » : expression proposée par Noreena Hertz qui utilise la métaphore du personnage de Katniss Everdeen dans la trilogie littéraire Hunger Games. Alors, on retrouvera les mêmes, ceux qui ne savent rien ou pas grand-chose, mais qui possèdent entre leurs mains la connaissance du monde. Grâce à cette connaissance, ils activeront leur curiosité issue d’une situation ordinaire. Alors, il en ressortira quelque chose de nouveau comme ces compositeurs qui ne connaissent pas la musique. Ils travaillent uniquement à l’oreille, aidés de logiciels comme les séquenceurs ou les « trackers ». Les productions obtenues sont tout à fait estimables. C’est la naissance de virtuoses avec l’éclosion de talents due à cette nouvelle structure de l’information et de la communication.

Une culture approximative

Nous serons probablement envahis par des personnes dont la culture sera approximative. Ces zigotos qui se contentent de lire les trois premières lignes de Wikipédia. Cette transformation est inéluctable et il paraît difficile d’en connaître le devenir. Comme d’habitude l’homme fera face en créant de nouvelles communautés dirigées, pour un temps, par des sociétés numériques telles que les GAFA. (Google, Apple, Facebook, Amazon).

L’avenir

S’agit-il d’un avenir pessimiste ou optimiste ? Il est probable que le vieux professeur de latin, qui a toujours pensé que le fondement de l’apprentissage se trouvait dans les livres, devra se confronter à une autre thèse. La thèse de ceux qui pensent que ce nouvel accès à la culture fera émerger de nouveaux talents et permettra à ceux qui ne savent rien, les laissés-pour-compte, d’avoir de nouvelles possibilités d’accès à l’information et à la culture. Hier, ils rêvaient d’être acteurs ou chanteurs, aujourd’hui, ils désirent devenir Blogueurs ou Youtubeurs reconnus.

Quelques clefs pour comprendre

Retour à la boutique

Partager cette page sur vos réseaux favoris

Publié par

Contact

Vous avez une question vous désirez avoir un renseignement, n’hésitez pas à me contacter par l’intermédiaire de ce formulaire de contact. Je traiterai votre demande rapidement.

Pierre Tomy le Boucher