La déploration du Christ

180,002 640,00 TTC

Peinture numérique de « la déploration du christ » de l’exposition Comma. Il s’agit d’images choisies, mélangées, torturées. Je ne garde que l’essence de leur homogénéité qui rentre dans le domaine du synonyme, comme si le champ du synonyme était utilisé dans le domaine des arts plastiques. Le style graphique et stylistique sont emprunt au concept élaboré dans l’Éloge de l’approximation » : une peinture à reconstruire à l’aide de la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions qui met en évidence les troubles de la perception liés à la manière dont le souvenir a été enregistré dans le cerveau de chaque individu. Cliquez pour voir le vidéogramme et comprendre le concept de Comma

Effacer

Description

La Déploration du Christ

La Déploration du Christ est visible à la 13e station du chemin de croix. En effet, dans chaque église est organisé le parcours du chemin de croix. Celui-ci peut-être figuré de façon extrêmement simple par des croix de bois ou de métal numérotées ou, au contraire, par des peintures sophistiquées. Il n’est pas rare que les stations soient matérielles par des bas-reliefs. Conséquemment, cette tradition permet aux catholiques de revivre et d’accompagner Jésus vers sa mort avec une contemplation active. Ainsi, la compréhension du chemin de croix montre les épreuves de Jésus-Christ est devient un bon moyen de comprendre la résurrection le jour de Pâques. Cette résurrection, pour les catholiques, et la possibilité d’avoir une deuxième vie, celle-ci étant éternelle. Jésus-Christ s’est donc sacrifié pour les hommes.

Vous trouverez d’autres informations sur le tableau qui se nomme « Chemin de Croix ».

La 13e station

« La déploration du Christ », certains disent également « Lamentations du Christ » se passent à la 13e station où le corps du Christ est descendu de la croix et remis à sa mère avant la mise au tombeau. Il existe de nombreuses iconographies de cet épisode du Nouveau Testament.

Un contresens de la vie

Du point de vue de la vierge, la mort de son enfant est un contresens de la vie. Elle le tient dans ses bras alors qu’elle l’a accompagné plusieurs heures dans une agonie sans fin. Cette scène est insurmontable et personne ne peut imaginer, à moins de l’avoir vécu, les pensées d’une mère où toute rationalité disparaît. Victor Hugo évoquant sa fille Léopoldine décédée présente ce ressenti en une phrase : « tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis ».

Christophe Fauré

Chaque matin au réveil, une douleur immense s’empare de vous et vous rappelle la mort de votre enfant. Comme le rappelle le psychiatre Christophe Fauré : « la perte d’un enfant transforme un parent à tout jamais ». À l’instar du handicapé, un certain nombre de parents ont un sentiment de colère, une forme de jalousie par rapport aux autres qui paraissent continuer leur vie de façon insouciante.

De mauvais parents

La culpabilité est un ressort omniprésent. L’impression d’être de mauvais parents ou peu attentifs augmente ce sentiment. La phase suivante ou concomitante est un sentiment de honte face au regard des autres. La mort d’un enfant devient un sujet tabou. Au final, la famille et les amis évitent le sujet. Certains, dans l’incapacité propose à l’endeuillé de tourner la page, de passer autre chose avec des phrases malheureuses ou des phrases assassinent. L’entourage devient le bouc émissaire, c’est pourquoi la plupart du temps l’entourage devient fuyant.

La thérapie

L’une des bonnes thérapies consiste à devenir bénévole dans une association d’enfants victimes du jeu du foulard, des chauffards de la route, de l’alcoolisme au volant, etc. certains parents ne s’en remettent jamais, d’autres arrivent à réinvestir leur vie en renouant les relations et selon le cas reprendre une activité professionnelle.

L’euthanasie

Il peut naître un nouveau sentiment, car cette manière de revenir à sa vie peut donner l’impression de trahir son enfant. Qu’elle fut la souffrance de la vierge Marie, mère du Christ après cette euthanasie organisée par Dieu. Si la vierge était au courant de ce stratagème, on peut imaginer un deuil différent. J’emploie ici le terme euthanasie dans son acception moderne qui consiste à déterminer l’heure de la mort par consentement. En effet, l’euthanasie répond plutôt à la définition de mort douce dont la souffrance est absente.

Cliquez pour voir le vidéogramme et comprendre le concept de Comma

 

Peinture numérique sur toile de Concession échue de l'exposition « Comma »

La peinture « Concession échue » peut vous intéresser ! – cliquez ici

 

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions ND