Comma

Comma ou des images intermédiaires obtenues à partir du visuel « A » et du visuel « B » et qui possèdent des éléments sémiologiques et iconographiques perturbés. La nouvelle image appartient plus ou moins à son père et à sa mère. C’est avec soin qu’il faut sélectionner la bonne fréquence, la bonne composition. Il est nécessaire d’organiser le « hasard » obtenu par le calcul mathématique. L’expérimentateur reprendra chaque forme pour les positionner, les diminuer, les augmenter et jouer de leur teinte et de leur saturation. L’image terminée sera probablement remise en cause, le lendemain, guidée par les rêves ou les cauchemars d’une nuit de sommeil perturbé.

Le blanc de la toile surgit entre les formes issues d’un calcul sans compassion. L’image perd en lisibilité et devient approximative. Elle est pleine de trous à la façon de la Gestalt : c’est-à-dire la structure à laquelle sont subordonnées les perceptions. Cette peinture est approximative, imprécise, imparfaite à l’instar de la mise en place de cette nouvelle manière d’aborder la connaissance.

Affichage des produits 1–9 sur 23

Affichage des produits 1–9 sur 23